La germanophobie germanopratine d’Emmanuel Todd

Jean Quatremer : La germanophobie est à la mode chez certains souverainistes parisiens (à droite, l’Allemagne fantasmée par nos germanophobes). Après avoir vu leurs espoirs d’un effondrement de la zone euro et de l’Union européenne reportés sine die, ils changent leur fusil d’épaule et tentent de rallumer les rancoeurs du passé pour parvenir à leurs fins.

J’étais, vendredi soir, sur le plateau de « Ce soir ou jamais » (France 2), où le démographe Emmanuel Todd, icône de la droite et de la gauche radicale, s’est livré à un numéro de racisme antiallemand de la plus belle facture (c’est ici) : « culture autoritaire » (il n’a manifestement jamais mis les pieds en Allemagne), « principe de précaution » à appliquer à l’égard de l’Allemagne (vu son passé), volonté allemande « d’exterminer » les autres entreprises européennes, recherche allemande de l’hégémonie. Pour Todd (et Marie-France Garaud, ce dinosaure échappé du pompidolisme des années 70), l’Allemand est un archétype, un quasi-nazi qui s’ignore, un casque à pointe (de l’économie). Bref, « l’Allemand » ne peut pas échapper à sa culture et à son histoire, ce qui est une façon polie de dire qu’il y a des traits génétiques allemands qui en font des méchants absolus dont il faut se méfier. Le plus beau est le moment où il concède qu’il y a certes quelques « bons Allemands », « mais ils ont toujours perdu ou nous ont laissé tomber ». Et tout cela devant deux invités allemands qui n’en sont toujours pas revenus : Ulrike Guérot, chef du bureau de Berlin du Think tank ECFR, et Joachim Bitterlich, ancien conseiller diplomatique d’Helmut Kohl.

La suite :
http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2013/05/la-germanophobie-germanopratine-demmanuel-todd.html

 

L’émission Ce soir (ou jamais !) „L’Allemagne, ennemi publique N° 1 ?“ (en partie)
http://www.youtube.com/watch?v=juJsHQV71uk
http://www.youtube.com/watch?v=1Atyvt9TlcQ

Dieser Beitrag wurde unter Deutsch-französische Beziehungen abgelegt und mit verschlagwortet. Setze ein Lesezeichen auf den Permalink.

Kommentare sind geschlossen.